Entretien avec Marianne Wartoft, fondatrice de Seterra

Marianne Wartoft, female founder of Seterra Geography

Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours ?

Lorsque j’étais fillette, j’avais des passions de geek. Mon jouet préféré était la vieille machine à écrire de mon père, et j’adorais résoudre des Rubik’s cube et dessiner d’immenses labyrinthes à la main. Au début des années 80, à l’âge de 12 ans, j’ai eu mon premier ordinateur, un Commodore VIC-20. J’ai appris en autodidacte à programmer en BASIC et, fascinée par les aspects créatifs de la programmation, j’ai commencé à coder des jeux simples.

Plus tard, j’ai étudié l’informatique, puis j’ai créé ma propre entreprise pour travailler en indépendante en tant que développeuse base de données.

Comment vous est venue l’idée de créer Seterra ?

Même si j’appréciais faire du développement base de données et que cela payait les factures, je voulais revenir aux aspects plus amusants et créatifs de la programmation. J’adore les cartes, alors un jeu de quiz sur les cartes semblait être un projet parfait pour libérer toute ma créativité.

De plus, j’ai l’esprit d’entreprise et j’étais ravie de lancer une branche d’activité qui, contrairement à mon activité de consultante, avait du potentiel pour se développer !

Seterra a-t-il été un succès immédiat ?

Loin de là ! La version shareware pour Windows que j’ai lancée en 1997 a connu un certain succès ici en Suède, mais les ventes internationales étaient proches de zéro. De plus, il n’y avait pas de moyen facile de monétiser les jeux à l’époque – pas d’AppStore ni de réseaux publicitaires – si bien qu’une grande partie du plaisir initial a fini par se perdre dans des tâches administratives ennuyeuses. Après quelques années, j’ai laissé tomber le projet Seterra et je suis retournée à la consultation à plein temps.

Qu’est-ce qui vous a poussé à donner une seconde chance au projet Seterra ?

De nouvelles options de monétisation ! Vers 2005, j’ai découvert combien il était devenu facile de monétiser le trafic d’un site Web en utilisant des réseaux publicitaires. Cela m’a donné l’idée de construire une version web de Seterra financée par la publicité. Mais en même temps, j’étais occupé à fonder une famille. Ce n’est qu’en 2011-2012 que j’ai trouvé le temps de développer et de lancer le site web de Seterra.

Cependant, la version web n’a pas non plus connu un succès immédiat. Fin 2012, le site comptait 50 000 visiteurs par mois, ce qui est peu lorsqu’il s’agit de récolter des revenus publicitaires.

Quand le tournant s’est-il produit ?

Il n’y a jamais vraiment eu de tournant ou d’augmentation soudaine du trafic, seulement une croissance constante. Depuis le lancement début 2012, en partant d’un niveau très bas, le trafic du site a augmenté d’environ 70% par an. Aujourd’hui, le site est visité par 3,5 millions de personnes du monde entier chaque mois !

Avez-vous déjà obtenu du capital-risque pour votre entreprise ?

Non. Mon activité de conseil m’a procuré un revenu suffisant jusqu’à ce que le projet Seterra génère enfin, en 2017, suffisamment de revenus pour que je puisse y travailler à plein temps.

Quel est votre rôle dans le projet Seterra aujourd’hui ?

Je fais encore à peu près tout, du développement de nouvelles fonctionnalités, de la correction des bugs et de la réponse aux questions d’assistance, à la création de nouvelles cartes et à la gestion des serveurs. Je m’occupe même de la comptabilité ! Les seules choses que je sous-traite sont la traduction et la rédaction d’articles.

Comme je suis toujours le seul développeur sur ce projet, la programmation se fait de manière très agile. Je peux avoir une idée de nouvelle fonctionnalité le matin et la publier sur le site quelques heures plus tard !

Un autre aspect motivant de ce travail est la communication avec les utilisateurs. Il n’aurait pas été possible de gérer un site web de cette envergure dans plus de 40 langues sans le soutien constant des utilisateurs du monde entier qui signalent les bogues, m’aident à effectuer les traductions, signalent les erreurs factuelles ou suggèrent de nouveaux contenus. À chacun d’entre vous, merci !

Quels sont les aspects de votre travail qui vous passionnent le plus ?

Lorsque j’ai créé Seterra, les principaux facteurs de motivation étaient le plaisir de programmer et la création d’une entreprise capable de se développer. Ces deux facteurs sont encore très présents aujourd’hui, mais un troisième facteur s’est ajouté : redonner à la société. Je sais que Seterra est utile et important pour de nombreuses personnes dans le monde, qu’il s’agisse de fans de géographie qui l’utilisent pour le plaisir ou d’étudiants qui étudient pour leur prochain examen de géographie. Je veux vraiment faire tout ce que je peux pour créer le meilleur site Web possible pour eux.

Publié le 13 avril 2021